2015, Editions, Programme 2015

day1

Samedi 3 Octobre 2015

Hôtel du Belvédère du Rayon-Vert – salle de cinéma

10h // Carte blanche aux Films du Viaduc
Proposée par Ludmila Melnikova, productrice et distributrice


L’Axe optique / L’Eix Òptic
de Marina Razbejkina
Russie / 2013 / documentaire / 90 min
Production : Marina Razbejkina Studio

1913. Quand Maksim Dmitriev réalise des portraits de travailleurs, d’agriculteurs, de banquiers ou de moines, il n’imagine pas que son regard ouvrira la voie aux documentaristes à venir. Pour lui rendre hommage, Marina Razbejkina est revenue à Nijni-Novgorod, lieux de ses prises de vue et a demandé à ses contemporains de reprendre les poses de ces clichés d’un autre temps.

L’any 1913, en realitzar retrats de treballadors, agricultors, banquers o monjos, Maksim Dmitriev no pot imaginar que el seu esguard obrirà la via als futurs documentalistes. Per homenatjar a ell, Marina Razbezhkina ha tornat a Nijni-Novgorod, als llocs de les seves preses de vistesella i ha demanat als seus contemporanis de reprendre les pauses d’aquells clixés d’un altre temps.

Hôtel du Belvédère du Rayon-Vert – salle de cinéma

14h // Carte blanche au Cinéma du Réel et Critikat
Proposée par Arnaud Hée, critique et enseignant de cinéma

Etranges particules (Strannye Chasticy) / Estranyes Particules
de Denis Klebleev
Russie / 2014 / documentaire / 51 min

« Des moustiques que rend visible sa lampe à huile dans sa chambre à ses conversations sur les trous noirs au téléphone portable, c’est peu de dire que Konstantin enseigne la physique quantique. Tout autour de lui n’est qu’atomes ; même son écoute de Bach est filtrée par sa perception de l’univers comme champ de forces. Sensible à la matérialité du monde et à la relation fragile que les humains entretiennent avec elle, Denis Klebeev nous offre en quelques dizaines de minutes la possibilité de voir nous aussi le monde par le prisme du quantum. » Charlotte Garson

« Des dels mosquits que la llàntia fa aparèixer al seu dormitori fins a les seves converses sobre els forats negres al mòbil, és poca cosa de dir que en Konstantin ensenya la física quàntica. Tot al seu entorn no és sinó àtoms; fins i tot la seva manera d’escoltar Bach està filtrada per la seva percepció de l’univers com a camp de forces. Sensible a la materialitat del món i a la relació fràgil que els humans mantenen amb ella, Denis Klebeev ens ofereix en una estoneta la possibilitat de veure nosaltres també el món pel prisma del quàntum. »

Salle de la Congesta, Portbou

16h // Carte blanche à Punto de vista
Proposée par Oskar Alegria, directeur artistique du festival

Traces / Rastres
de Diego Gutiérrez et Danniel Danniel
Mexique-Hollande / 2014 / documentaire / 58 min
Production : Diego Gutiérrez et Danniel Danniel

La mort anonyme d’un homme solitaire. Pas de funérailles, ni d’amis ou connaissances pour répondre pour lui. Au bout de quelques jours, en l’absence de réclamations, tout ce que contient sa maison sera détruit par un service municipal. Les cinéastes et leurs amis viennent dans la maison du défunt ranimer ce qui reste de vie dans les objets qui lui appartenaient. Sommes-nous encore vivants tant qu’on ne nous oublie pas ?

La mort anònima d’un home solitari. Cap funerals, ni amics o coneixences per constestar per ell. Al cap d’alguns dies, tot el que es troba a casa seva serà destruït per un servei municipal. Els cineastes i llurs amics vénen en la casa del difunt revifar el que queda de vida en els objectes que li pertanyien. És que som encara vius mentre no se’ns oblida?

Salle de la Congesta, Portbou

17h30 // Film proposée par Patrick Viret, directeur des Rencontres

L’Art de s’égarer / L’Art de Perdre’s
de Boris Lehman et David Legrand
France-Espagne / 2014 / documentaire / 45 min
Production : Bandits-mages

Autobiographique et documentaire, le film se veut la rencontre de deux destins. Juste avant de mourir, sur la frontière franco-espagnole, Walter Benjamin a perdu sa malette, qui contenait l’oeuvre de sa vie. Boris Lehman lui perd sa caméra. Pour tenter de la retrouver, en quelque sorte, il refait le chemin de l’Histoire. Une histoire de deuil et d’égarement.

Just abans de morir, a la frontera franco-espanyola, Walter Benjamin va perdre el seu maletí que contenia l’obra de la seva vida. En canvi Boris Lehman perd la seva càmera. Per intentar de retrobar-la, en certa manera, torna fer el camí de la història. Una història de dol i d’esgarriament.

Salle de la Congesta, Portbou

Séance spéciale en hommage à Walter Benjamin avec la participation de Dani Karavan, auteur du mémorial “Passatges” et de Wim Wenders proposée par l’association Passatges.

Sessió especial  en Homenatge a Walter Benjamin, amb la participació de Dani Karavan, autor del “Memorial Passatges” i del cineasta Wim Wenders.

18h30 // Discussion

Discussion entre Dani Karavan et Wim Wenders sur la relation entre la pensée de Water Benjamin et leurs œuvres respectives.
Animée par Pilar Parcerisas, historienne de l’art.
Projection du film de Philippe Colin, La forme et le lieu /1990 / 27 min sur l’œuvre de Dani Karavan.

Diàleg entre Dani Karavan i Wim Wenders
Conversa sobre la relació del pensament de Walter Benjamin en les seves respectives obres.
Moderadora: Pilar Parcerisas
Projecció del film La forme et le lieu de Philippe Collin (1990/ 27 min), sobre l’obra de Dani Karavan.

19h30 // « The Act of Seeing »

Projection des extraits de films de Wim Wenders commentés par le cinéaste.
Projection suivie d’un débat.

Cinema de Wim Wenders:”The act of seeing”
Projeccions de fragments de films de Wim Wenders comentats per ell mateix.
Debat. Preguntes i respostes.

Salle de la Congesta, Portbou

22h // Carte blanche à Tamara Stepanyan

Oiseaux de septembre / Aus de Setembre
de Sarah Francis
Liban-Qatar / 2013 / documentaire / 99 min
Production : MEC Film

Un fourgon de verre parcourt les rues de Beyrouth avec une caméra qui explore la ville derrière la glace. Sur le chemin, plusieurs personnes sont invitées à partager un moment personnel dans ce confessionnal mobile.
“La «bulle mouvante» m’a permis de prendre un peu de distance avec la ville pour essayer de démanteler ses éléments, filtrer les sons et faire des rencontres intimes tout en restant consciente de l’espace autour de moi. » Sarah Francis

Un furgó de vidre recorre els carrers de Beirut amb una càmera que explora la ciutat d’amagat. Pel camí, algunes persones estan convidades a compartir un moment personal en aquest confessionari mòbil.
“La bombolla movedissa m’ha permès de prendre una mica de distància amb la ciutat per provar de desmantellar els seus elements, filtrar els sons i fer trobades íntimes tot quedant conscient de l’espai a l’entorn meu. “

 

2015 Editions Programme 2015